Tyrannovirus

par Henri-Frédéric Blanc, Olivier Boura, Jean-Pierre Cramoisan, Martine Plaucheur

Couverture d’ouvrage : Tyrannovirus
Éditions :Paperback - 1éré édition: 12,00 €
ISBN : : 9782491742300
Taille : 12,80 x 18,60 cm
Pages : 140

Parution :
Maison d’édition : L'atinoir
Genres :
Étiquettes :

HISTOIRE avance-t-elle en se parodiant ? Il semble que la grande grippe appelée Covid-19 singe la male peste du Moyen-Âge, laquelle, aux dires du clergé de
l’époque, châtiait l’oubli de Dieu. Notre pandémie, elle, semble châtier l’oubli de l’humain.
Certains se demandent si la science nous sauvera du fléau, d’autres si la science n’est pas elle-même le fléau.
Quoi qu’il en soit, c’est un grand pas vers la mise en coupe réglée de la planète au profit d’une nouvelle économie désincarnée, inhumaine et glaçante. Aux yeux des princes marchands qui nous gouvernent, l’avenir sera pharmaceutique ou ne sera pas.
La bonne nouvelle c’est que l’humour n’a pas perdu ses droits, comme l’attestent ces témoignages au plus près de la farce macabre : regards originaux et décalés, journaux de
bord du désastre, délires confinés...
Le monde ne va pas très bien, la littérature non plus, mais elle est la dernière à parler sans masque.
Encore un livre que les robots n’auront pas !
Merde à la grande arnaque liberticide !

PRESSE : Tyrannovirus

À propos des auteurs

Henri-Frédéric Blanc


Other Books By Henri-Frédéric Blanc

Olivier Boura

Olivier Boura, né à Marseille en 1962. Agrégé d’Histoire, autrefois libraire d’anciens, auteur de fictions – La Nuit du Rhône (2001), Jésus-Christ Matador (2009), Julia, une île (2021) – et d’essais –Les Atlantides, généalogie d’un mythe (1993), Marseille ou la mauvaise réputation (1998), Un siècle de Goncourt (2003), Petit éloge de la tour Eiffel (2013), Dictionnaire des écrivains marseillais (2017), Napoléon n’est pas mort à Sainte-Hélène (2021). Prix Hemingway 2006 pour sa nouvelle Pasiphaé.


Jean-Pierre Cramoisan


Other Books By Jean-Pierre Cramoisan

Martine Plaucheur

Martine Plaucheur
Née en 1969. Précision, non pour trahir mon grand âge, mais pour mentionner l'influence "Flower Power" à l'origine de la Guerrière de l'Amour, mon héroïne dans Tyrannovirus.
Auteure et comédienne. Mais je préfère l'appellation moins officielle et plus joyeuse de saltimbanque.
Romans (Singularité initialeQui êtes-vous Noam Derwich ?), nouvelles (Chambre 21 ou l'épreuve de liberté, Bribes vagabondes d'un non-journal de voyage), théâtre (Correspondance pour Berlin, 26 sur 9Vous avez lu trop de polars), vidéos (sur mon blog enmodejoie) : mon imaginaire débridé ne s'interdit rien.
Sauf les règles que je me fixe moi-même, et je n'en ai qu'une : suivre mon idéal d'une littérature vivante, grouillante, insolente, incorruptible, et pugnace.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *