Textes occitans de la comuna de Marselha

par Claude Barsotti

Couverture d’ouvrage : Textes occitans de la comuna de Marselha
Appartient à Hors collection Séries :
Éditions :Paperback (Français): 15,00 €
ISBN : 9782918112617

Après l'escrachament de la Comuna de Páris, lei govèrns de Thiers puei aqueu dich de « l'Òrdre morau », contunhèron la repression. A Marselha la vila demorèt en estat de sèti fins a 1876 e lo generau Espivent ordonèt lei rabalhadas e lei decisas de policia e mai còntra de gents qu'avián manifestat ren que lo 4 de setembre de 1870 ! Es la Republica qu'èra visada. L'lnternacionala, foguèt cochada despietadosament. Mai, après lo còp d'estat de Mac-Mahon, lo 16 de mai de 1877, e leis eleccions dei 14 e 28 d'octòbre de 1877, que doneròn mai una majoritat republicana a la Chambra dei Deputats, la Republica èra confortada. La cançon Lo pan maudich, d'Aristobul Baux, es una illustracion dei dificultats qu'aguèron lei familhas dei comunards embarrats o emmandats en Argeriá o en Novèla Caledonia, per viure.

Après l'écrasement de la Commune de Paris, les gouvernements de Thiers puis celui dit de « l'Ordre moral », poursuivent la répression. À Marseille, la ville demeure en état de siège jusqu'en 1876 et le général Espivent ordonne les rafles et les descentes de police et fait arrêter des personnes qui s'étaient contentées de manifester seulement le 4 septembre 1870 ! C'est la République qui est visée. L'lnternationale est impitoyablement traquée. Mais, après le coup d'état de Mac-Mahon le 16 mai 1877 et les élections des 14 et 28 octobre 1877 qui donnent une majorité républicaine à la Chambre des Députés, la République est bien établie. La chanson « Le pain maudit », d'Aristobule Baux, constitue une illustration des difficultés endurées par les familles des communards emprisonnés ou déportés en Algérie et en Nouvelle Calédonie.

Parution :
Maison d’édition : L'atinoir
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :